Saviez-vous que les poupons communiquent dès la naissance? Bien qu’ils ne parlent pas, ils disposent de beaucoup d’autres moyens pour se faire comprendre. Vous pouvez aider votre enfant à développer ses moyens en stimulant la communication entre vous. Voici quelques trucs à essayer dans le plaisir, tirés de notre atelier Communication poupons 6-24 mois.

1) Observer pour mieux comprendre

Votre enfant communique de diverses manières : pleurs, cris, sourires, gazouillis, coups de pied, mouvement des bras et des jambes, expressions faciales, etc. L’une des premières étapes pour stimuler la communication entre vous est de l’observer. Avec le temps, vous arriverez à interpréter ses gestes et à comprendre de mieux en mieux ce qu’il souhaite exprimer. Votre enfant se sentira aussi compris et rassuré, ce qui l’encouragera à perfectionner ses moyens d’expression.

2) Se mettre à la même hauteur que l’enfant

Quand vous vous placez à la même hauteur que votre poupon, celui-ci sait qu’il a votre pleine attention, ce qui est invitant pour la communication. Il peut aussi mieux voir votre visage. Se mettre à la même hauteur, ça peut vouloir dire :

  • s’accroupir en petit bonhomme;
  • s’asseoir au sol;
  • s’allonger par terre, à plat ventre ou sur le côté;
  • s’asseoir à table avec l’enfant;
  • mettre l’enfant dans sa chaise haute;
  • installer l’enfant dans un porte-bébé.

3) Attendre avant de parler

La communication est à double sens : il est important de laisser le temps à l’autre de répondre à son message avant de le relancer. C’est d’autant plus important pour les bébés, car ils sont en plein apprentissage. Il est donc suggéré d’attendre de 5 à 10 secondes après une interaction pour laisser le temps à l’enfant de répondre. Durant une activité de stimulation du langage, il peut être tentant de meubler les moments de silence, mais essayez d’y résister. Cela laisse à votre enfant le temps de s’organiser ainsi que la chance de diriger la conversation. Un beau cadeau à lui faire!

Pour signifier à votre enfant, sans parler, que c’est à son tour de communiquer, vous pouvez :

  • lui sourire;
  • ouvrir grand les yeux et lever les sourcils;
  • vous incliner vers lui;
  • le regarder dans les yeux.

Le « tour de parole » est un processus qui s’apprend. Ne vous découragez pas si ça ne fonctionne pas du premier coup!

4) Imiter son enfant

Qui ne s’est jamais laissé prendre à répéter les « ba-ba-ba » d’un bébé qui gazouille adorablement devant soi? L’imitation est un comportement qui nous vient quasi naturellement. En répétant les sons ou les mots de bébé, vous lui montrez que ce qu’il dit ou fait est important. Quelle belle valorisation! Cela l’encourage à poursuivre et à vous imiter à son tour, ce qui l’aidera à développer son langage.

5) Décrire ses gestes

Les moments de repas, d’habillage, de changement de couche et de bain sont des occasions idéales d’apprentissage du langage, car ils reviennent tous les jours. Et l’une des clés du développement de la communication, c’est la répétition! Ainsi, vous pouvez décrire les gestes que vous faites quand vous vous occupez de votre enfant. Par exemple : « Je vais t’habiller pour sortir. Tu vas mettre un chapeau, un manteau et des mitaines. » « Je prépare ton dîner. Des pommes de terre avec du poulet, miam! » Plus l’enfant est exposé à des mots, plus il les intégrera facilement et deviendra capable de les utiliser.

Les repas sont d’ailleurs d’excellents moments pour stimuler le langage. Vous pouvez décrire tout ce qui l’entoure :

  • ustensiles et vaisselle;
  • textures (mou, croquant, lisse, etc.);
  • préparation des aliments (grillé, frit, pilé, coupé, bouilli, etc.)
  • contraires (chaud/froid, sucré/salé, vide/plein, un peu/beaucoup, etc.);
  • actions (manger, mastiquer, boire, goûter, déguster, avaler, couper, verser, servir, vider, etc.);
  • formes (rond, carré, etc.).

6) Reformuler en utilisant les bons mots

Cette stratégie fait partie de ce que l’on appelle le modèle verbal (qui comprend également les points 2, 3 et 8). Lorsque vous entendez une erreur dans la phrase de l’enfant, vous pouvez reformuler ce qu’il souhaite dire en utilisant les bons mots. Il ne faut pas appuyer sur l’erreur; il suffit d’utiliser le bon vocabulaire, la bonne structure de phrase ou la bonne prononciation.

Par exemple, si votre enfant dit « èèèèè » pour demander du lait, vous pouvez lui dire : « Tu veux du lait. » L’enfant entend ainsi un bon modèle, qu’il tentera éventuellement d’imiter. Vous pouvez aussi vous servir de cette stratégie pour enrichir son vocabulaire. S’il pointe un jouet qu’il veut avoir, vous pouvez nommer le jouet en le lui donnant : « Voici ta voiture ».

7) Mettre des mots sur les émotions

L’enfant vit une multitude d’émotions bien avant de savoir les nommer. Il les exprime donc en pleurant, en criant, en tapant ou par d’autres moyens. En mettant des mots sur ce qu’il vit, vous pouvez l’aider à comprendre ses émotions pour qu’il arrive éventuellement à les exprimer lui aussi. Par exemple, si votre enfant crie et tape des pieds, vous pouvez lui dire : « Je vois que tu es en colère. » La gestion des émotions est un apprentissage en soi, mais en donnant tôt un modèle d’expression, vous pouvez guider votre enfant dans cette aventure.

8) Répéter, encore répéter

L’enfant doit être exposé à un mot plusieurs fois avant de pouvoir l’utiliser. C’est donc après des dizaines, voire des centaines de répétitions de phrases comme « Je mets tes bas », au moment de l’habillage, que votre poupon vous surprendra en disant « ba » devant une paire de chaussettes. Votre cœur explosera alors de fierté! Et bébé sera tout aussi fier de lui, soutenu et célébré dans ses apprentissages.

Bref, les huit trucs ci-dessus sont à utiliser à profusion, aussi souvent que vous le souhaitez. Pour obtenir d’autres outils de communication avec les poupons, nous vous invitons à consulter nos produits relatifs à la stimulation du langage.

Catégories

Ecrire un commentaire

Articles connexes